Les araignées rouges sont de très petits parasites qui sucent la sève des plantes. Ils attaquent la face inférieure des feuilles et prennent à la plante son énergie et sa vitalité. En cas d’invasion dans votre jardin, la plante peut mourir. Vous avez repéré une invasion ? Vous devez absolument prendre les mesures naturels ou chimiques pour lutter contre les araignées rouges et s’en débarrasser rapidement.

Comment reconnaître une araignée rouge ?

Le terme araignée rouge fait référence non à des araignées, mais à des acariens, visibles à l’œil nu. Cependant en ce qui concerne la couleur, de nombreuses « araignées rouges » ne sont pas rouges. C’est le cas en particulier de la plus connue d’entre elles, le Tétranyque tisserand.

Les « araignées rouges » se distinguent par leurs huit pattes et absorbent le contenu des cellules foliaires.

L’araignée rouge hiverne sous forme d’œuf (de couleur rouge également) et reste sur les arbres. Les colonies attaquent légumes, plantes florales, arbustes et arbres fruitiers quand les températures remontent.

Ainsi, la période la plus propice à son développement est l’été, les périodes de chaleur et de sécheresse.

Plantes vulnérables

De nombreux végétaux peuvent être attaqués par les araignées rouges. On peut citer :

  • Les légumes et petits fruits du potager : aubergine, carotte, courge, concombre, pois, groseillier, fraisier…
  • Les arbres fruitiers : pêcher, poirier, pommier…
  • Plantes ornementales : cyclamens, dahlias, hortensia..
  • Conifères
  • Les plantes d’intérieur.

Les principaux organes touchés sont les feuilles et les aiguilles.

Facteurs à risque :

Les terrains pauvres en humus et riches en engrais azotés favorisent le développement de ces acariens. Vous pouvez également avoir des attaques par temps sec et chaleur.

Comment éliminer les araignées rouges ?

Il existe des traitements écologiques et chimiques pour vous débarrasser de ces acariens avant qu’ils ne contaminent l’ensemble de vos plantes.

Traitement chimique

Il existe de nombreux produits spéciaux « araignées rouges », le plus souvent à base de Dicofol qui agit sur les acariens à tous les stades de leur développement. Cependant ces produits ne doivent pas être utilisés moins de 15 jours avant la récolte des fruits.

Attention tout de même lorsque vous utilisez des insecticides. En effet, ces insecticides exterminent les prédateurs des araignées rouges sans tuer la totalité des acariens. Ils pourront donc aisément refaire surface.

Traitements naturels

Voici quelques traitements naturels et écologiques qui ont prouver leur efficacité :

  1. Arroser généreusement le revers des feuilles directement avec le tuyau d’arrosage. Pulvériser de l’eau douce non calcaire sur le feuillage. En effet les araignées rouges détestent l’eau. En répétant l’opération fréquemment elles finiront par ne plus revenir sur ces plantes mouillées.
  2. Effectuer un lâcher d’acariens prédateurs, quand les premiers parasites sont détectés. Phytoseiulus persimilis, auxiliaire gourmand et vorace, extermine en peu de temps un nid d’araignées rouges, surtout si l’air est humide.
  3. Traiter 2 à 3 fois par jour, pendant 10 jours, avec du purin d’orties en cours de fermentation. En cas de forte attaque, utiliser un produit à base de pyrèthre.
  4. Traiter les arbres en hiver. Badigeonner les troncs et les branches avec des huiles minérales.
  5. Vous pouvez aussi pulvériser une infusion de tanaisie. Pour réaliser votre mélange, versez 250 g de tanaisie fraîche dans un litre d’eau bouillante à laissez infuser pendant 24 heures.
  6. Enfin pensez à bannir le feuillage et à brûler les feuilles infestées tombées au sol.

Quelles sont les actions préventives pour lutter contre ce parasite ?

Vous avez aussi la possibilité d’effectuer des actions préventives de lutte contre l’araignée rouge :

  • Limiter les apports d’azote.
  • Arroser régulièrement le feuillage par temps sec.
  • Maintenir le sol des cultures frais en paillant avec de la paille ou des tontes de gazon.
  • Apporter un compost riche en éléments fertilisants.
  • Traiter préventivement avec une décoction de prêle et purin d’ortie.